Spread the love
yayi
Yayi Boni a les enseignants du Mono-Couffo sur le dos

Contre toute attente, la rencontre entre les enseignants des départements du Mono-Couffo et leurs autorités de l’enseignement secondaire qui a été initiée le vendredi 27 mars 2015 devant la préfecture de Lokossa s’est terminée en queue de poisson. Invités, les enseignants des cours primaires et secondaires ont boycotté cette réunion dite ‘’pédagogique’’ qui s’est très tôt muée en un meeting politique de soutien aux actions du premier magistrat du pays.

Les enseignants des cours primaires et secondaires sont très remontés contre le chef de l’Etat. Ils l’ont fait savoir au cours du meeting politique que les autorités départementales de l’enseignement primaire et secondaire ont organisé pour chanter les éloges du chef de l’Etat. En effet, invités la veille pour une rencontre pédagogique qui doit se tenir à la préfecture de Lokossa, les enseignants des cours primaires et secondaires du Mono-Couffo ont massivement répondu présents. Mais à la leur grande surprise, c’est à un meeting politique de soutien aux actions du Président de la République qu’on les a soumis. Frustrés, ils ont ouvertement dénoncé cette duperie et cette stratégie d’instrumentalisation et de marginalisation de leur corporation. Et pour le faire savoir, la plupart d’entre eux ont vidé les lieux dès que leur représentante a démarré la lecture de la motion de soutien aux actions de Yayi. Seuls les plus courageux sont restés pour attendre la fin de la rencontre. Et parmi ces derniers, ceux qui se sentaient très frustrés, ont entonné des chants et slogans hostiles aux actions du chef de l’Etat. « Comment peuvent-ils nous duper comme cela. Pourquoi veulent-ils jeter de l’opprobre sur notre profession. Nous ne sommes pas des enfants. Yayi Boni se fout de nous », s’indignaient la plupart d’entre eux. Pour Bienvenu Kakpo, enseignant à l’Ecole primaire publique d’Athiémé, cet acte frise la trahison et le mépris à leur égard. Selon son collègue de l’Epp de Lokossa, Claude Nandé, c’est un comportement qui prouve que Yayi ne veut pas régler leurs revendications.

 Les enseignants menacent de descendre dans la rue

 Pour les enseignants du Mono-Couffo, Yayi Boni et leurs directeurs départementaux de l’enseignement primaire et secondaire ont choisi la voie de la provocation au détriment de celle de l’apaisement. Car si ce n’est pas le cas, ces autorités ne peuvent pas se permettre, selon eux, de les inviter à un meeting politique de soutien à ses actions alors qu’ils ont des revendications qui sont demeurées insatisfaites. Face à ces comportements qui frisent la duperie et la trahison, ils ont promis déclencher des mouvements de débrayage les jours à venir. Pis, ils ont menacé de descendre dans les rues si le Président de la République ne satisfait pas leurs problèmes. « Yayi sait qu’il ne nous a rien fait dans le Mono-Couffo. Il a fait des affectations fantaisistes et maintenant, il veut nous duper. Il y aura insurrection s’il se refuse à quitter le pouvoir en 2016. Il faut qu’il prenne garde. Il faut que ces actes de duperie cessent. Nous ne voulons plus de lui. Nous avions été trop marginalisés. Nous exigeons l’alternance. Il faut qu’il nous laisse notre pays », a fait savoir un enseignant qui a requis l’anonymat.

 Claude Ahovè (Br Mono-Couffo)