Spread the love
Quelques appareils de Turkish Airlines sur le tarmac de l'aéroport d'Ataturk Istanbul
Quelques appareils de Turkish Airlines sur le tarmac de l’aéroport d’Ataturk, Istanbul

Depuis plusieurs années, un travail méthodique de qualité se fait par les responsables de Turkish Airlines pour l’imposer aux usagers de l’air. L’objectif n’est peut-être pas encore atteint, puisque l’un des patrons que nous avons rencontré à Istanbul, en juillet 2018 a annoncé des perspectives qui donnent envie de réserver, pour tout le reste de sa vie, les voyages aériens au niveau de cette compagnie. Mais déjà, tout y est pour qu’on croie à son leadership en Afrique et dans le monde. Nous l’avons testé pour nous en assurer, à travers un voyage effectué du 24 au 28 juillet 2018 sur Istanbul.

Vue intérieure d'un simulateur d'avion

 

De Cotonou à Istanbul via Abidjan, nous avons effectué environ 8 heures de vol, en classe économique, sans sentir le temps passer. Le confort à l’intérieur de l’appareil, la qualité de  service et la sécurité qui ont caractérisé le temps du vol ont marqué la différence avec toutes les autres compagnies. Personne n’était pressé de voir l’appareil atterrir à cause d’un quelconque désagrément. Au contraire, c’était un plaisir pour les passagers de voyager à bord de Turkish Airlines. Pour nous qui voyagions faisons recours à cette compagnie pour la première fois, on avait cru que c’est le respect et la courtoisie qui caractérisent les Béninois qui expliquent cette particularité du traitement dont nous avons fait l’objet à Cotonou depuis le jour où nous avons acheté le billet jusqu’au jour de l’embarquement. Non ! C’est plutôt une exigence de la compagnie Turkish Airlines partout où elle est présente. A Istanbul, nous avons compris qu’au niveau de cette compagnie, le client est vraiment roi. Point n’est besoin de parler de la sécurité très excellente des bagages et de l’accueil au salon Vip avec le confort nécessaire. Ce salon par lequel nous avons eu le privilège, en tant que curieux, de passer à notre descente à l’Aéroport d’Atatürk est réservé aux clients fidèles et ceux qui ont voyagé en business class. « Il est ouvert tous les jours de 4h à 13h et reçoit en moyenne 30 à 35 personnes par jour. Nous Vue extérieure d'un simulateur d'avionvous servons ici le petit déjeuner et il y a un espace de repos, toilette, le wifi gratuit », nous a confié Elif, l’une des responsables du salon qui a précisé qu’il est réservé seulement aux passagers de Turkish Airlines.

Lorsque vous êtes en Business Class et que vous devez quitter Istanbul, il vous faudra être vigilant. Pas que quelque chose de grave vous arrivera, mais le confort peut vous faire oublier votre programme si vous oubliez de consulter régulièrement le tableau numérique qui renseigne les heures d’embarquement vers chaque destination. Sinon, ce lounge, classé premier dans le monde comporte tout. Il y a tout à manger, à boire, si vous le voulez. Pour vos enfants, il y a des salles de jeux. Pas d’inquiétude même si vous avez déjà rangé votre ordinateur. Il y a une salle équipée où vous pourrez monter sur un ordinateur connecté au réseau internet pour travailler. Il est très vaste et vous donne déjà l’avant-goût des bons moments que vous passerez à bord lorsque vous serez en classe affaire durant tout votre trajet.Félicien Fangnon recevant un certificat de fin de formation

Créée pour être leader

La compagnie Turkish Airlines a été fondée en 1933 avec, au départ, quatre (4) destinations. Elle se développe  trois fois plus vite que les autres compagnies. Elle offre plus de destinations internationales au monde avec une connexion très forte avec l’Afrique. D’après Askin Cantimur, vice-président (Afrique Sub Saharienne), « Nous estimons le nombre de passagers en 2018 à plus de 74 millions. Nous sommes le deuxième transporteur aérien européen de cargos et la 10è flotte au monde avec 325 appareils dont 215 fuselages étroits ; 92 porteurs et 18 cargos. Pour les cargos, seuls nous avons 85 destinations. Nous desservons au total 122 pays pour 307 destinations. Pour 2023, nous avons une commande de 230 nouveaux appareils. Actuellement, nous faisons une recette de 16,2 milliards de dollars et en 2023 nous passerons à 30 milliards de dollars avec plus de 500 appareils et 120 millions de passagers. En Afrique, nous desservons 35 pays à travers 53 destinations. Cette année, nous ouvrirons dans d’autres pays africains.  Nous sommes élues meilleure compagnie en catering et en lounge ». En matière d’offre de siège et de part de marché par compagnie, Turkish Airlines est 14è au rang mondial et compte prendre la 10è place d’ici 2035. D’après le vice-président cet exploit s’explique par le travail qui se fait et la vision de la compagnie. En plus de cela, il y a la position géographique d’Istanbul qui permet de rallier plus de pays le plus rapidement possible. Selon les chiffres qu’il a avancés, 25% de la population voyagent et 72% de ceux qui viennent en Turquie le font par avion. Turkish Airlines est une compagnie contrôlée à 49% par l’Etat et 51% par les privés.

turkishCentre de formation technique  au point

La compagnie Turkish Airlines dispose au centre d’Istanbul d’un centre de formation technique classé 3è au plan européen et 4è au plan mondial. C’est un complexe agréé sur le plan européen. Il y a des simulateurs d’airbus, de Boeings et des gros porteurs. Sur le site que nous avons visité, il y a au total 14 simulateurs. En 2019, il y en aura 17, selon Gamze Erduran, coordonnatrice de formation. Ici, bien que la formation soit agréée à l’international, elle recommande un recyclage par an. Turkish en fait deux. Le centre reçoit aussi des instructeurs de l’étranger. Les pilotes sont recrutés dans plusieurs pays, pourvu qu’ils remplissent les conditions physiques et psychologiques. Le même centre forme le personnel navigant et commerciaux et les recycle chaque 9 mois afin qu’ils s’habituent aux spécificités de chaque appareil.

L’autre bonne nouvelle annoncée par le vice-président est l’ouverture le 29 octobre 2018 d’un nouvel aéroport. « Il sera le plus grand au monde avec une superficie de 52500 mètres carrés et une capacité de 90 millions de passagers et 200 millions espérés à terme.  Nous aurons 500 points de check le plus grand en nombre de cargos transportés et le plus grand centre de maintenance. Cet aéroport sera sept fois plus grand que l’aéroport d’Atatürk et au premier rang en terme de connexion.

Félicien Fangnon