Spread the love

Arsene-SogloUne mission de contrôle du Ministère des infrastructures et des transports, conduite par le Directeur général adjoint des infrastructures (Dgai), a effectué, le lundi 25 juin 2018, une descente sur le chantier de construction des voies du contournement et de la traversée de la ville de Parakou. Satisfait du taux d’avancement des travaux, la mission a demandé à l’entreprise chinoise de corriger les dégradations précoces notées sur l’ouvrage.

Les travaux de bitumage de routes se poursuivent dans la ville de Parakou. Pour constater le niveau d’évolution des chantiers, le Directeur général des infrastructures adjoint (Dgai), Arsène Soglo, en compagnie du directeur général du Centre national des recherches des travaux publics (Cnertp) est descendu sur le chantier de construction des voies du contournement et la traversée de la ville de Parakou.Il a remarqué avec satisfaction que le taux d’avancement des travaux est évalué à 99%. « J’ai noté avec satisfaction les efforts des Chinois par rapport à l’ensemble des travaux. La qualité qui est observée ne souffre pas de doute par rapport à la durabilité de la route.»,a-t-il rassuré. Cependant,il y a une dégradation précoce sur certaines sections à corriger. A cet effet, le Dgai a martelé qu’«Il est inadmissible, que de façon aussi précoce, des dégradations se profilent».Selon le représentant de l’entreprise chinoise, adjudicataire du marché,cet état d’insuffisance est causé par les surcharges des camions gros porteurs. « L’administration routière prendra toute sa part de responsabilité pour que l’investissement consenti par notre pays ne soit pas du gâchis », a-t-il précisé. Prenant acte des observations de la mission, l’entreprise a pris  l’engagement de faire tout ce qui est en son pouvoir pour corriger les dégradations notées. Après avoir rappelé la vision du gouvernement qui a opté pour  la réalisation des infrastructures durables, le Dgai a exhorté les usagers de la voie au respect du bien public. Quant aux transporteurs, premiers responsables de cette  dégradation, il les a appelés à une  prise de  conscience.

Zéphirin Toasségnitché

(Br Borgou-Alibori)