Spread the love

justiceDes cybercriminels arrêtés dans le cadre de l’opération diligentée par la Police républicaine ont été présentés à la justice. Dans les tribunaux de Cotonou, Abomey-Calavi et Ouidah, ces arnaqueurs ont reçu des sanctions diverses.
2 à 4 mois d’emprisonnement ferme sont les peines retenues contre une quinzaine de cybercriminels présentés au Tribunal de Cotonou. 5 autres prévenus sont mis sous convocation. Au Tribunal d’Abomey-Calavi, les 8 présumés cybercriminels qui ont été présentés au Procureur ont été libérés puis mis sous convocation. A Ouidah, les 7 arnaqueurs qui ont comparu ont été mis sous mandat de dépôt. C’est le bilan des différentes comparutions dans la journée d’hier mardi 27 mars 2018. En ce qui concerne le Tribunal de Cotonou, le Procureur a délivré un mandat de dépôt avec une comparution immédiate. Une cour a siégé et a condamné une quinzaine de cybercriminels à une peine de 2 à 4 mois de prison ferme. Elle a, par ailleurs, mis 5 autres personnes sous convocation. Au Tribunal de Ouidah, un mandat de dépôt a été décerné contre ces arnaqueurs et désormais, ils séjournent à la prison civile de la Commune en attendant la date de leur procès. Comparativement aux deux autres cas, le Tribunal d’Abomey-Calavi a décidé de poursuivre les mis en cause sans mandat de dépôt. Ils ont été mis sous convocation. Pour ce jour, c’est le Tribunal d’Abomey qui va statuer sur le cas d’autres cybercriminels. Le commissaire Nicaise Dangnibo, directeur de l’Office de répression de la cybercriminalité, et ses hommes n’entendent pas s’arrêter en si bon chemin. D’autres descentes sur le terrain sont prévues dans les jours à venir pour mettre définitivement hors d’état de nuire ces jeunes qui sont à la recherche du gain facile. Il est à souhaiter que la justice fasse véritablement son travail en sanctionnant comme il le faut les cybercriminels. Cela y va de l’intérêt général de la société.

Armel Nelson Avadémey