Spread the love

greipelLa 14e édition de la Tropicale Amissa Bongo s’est élancé ce lundi 21 janvier de Bongoville au Gabon. L’Allemand André Greipel, qui a terminé 3e de la première étape arrivée à Moanda remportée par Niccolo Bonifazio de la formation Direct Energie, fait partie de l’équipe française de deuxième division Arkéa-Samsic. Greipel sera l’un des coureurs les plus importants du peloton de cette course cycliste.

Pour la première fois de sa carrière, André Greipel lance sa saison sur le sol africain. « Le Gorille de Rostock », son surnom, est au Gabon avec sa nouvelle équipe française Arkéa-Samsic après avoir passé dix ans chez les Belges de Lotto. Celui qui reste le coureur en activité à détenir le record du nombre de victoires avec 155 succès dont 11 étapes du Tour de France, 10 du Tour d’Italie et 4 au Tour d’Espagne, sera à n’en pas douter l’attraction de la semaine sur les routes gabonaises.

 « Si je suis au départ d’une course, c’est toujours pour gagner »

 La Tropicale Amissa Bongo, créée en 2006, a souvent été le théâtre d’arrivées au sprint. « Peu importe le continent, si je suis au départ d’une course, c’est toujours pour gagner », a déclaré le champion allemand lors de son arrivée. En 2018, il avait remporté la première et la sixième étape du Tour Down Under en Australie, première course officielle du circuit World Tour 2019. « J’ai toujours été compétitif en début de saison, a confirmé André Greipel. Pour un sprinteur, c’est toujours important de s’imposer très rapidement dans la saison, mais c’est aussi très bien pour l’équipe. Ça permet de mettre en place la mécanique et de retirer la pression à tout le monde. »

 « La venue d’André Greipel va insuffler une nouvelle dynamique à l’équipe »

 « 80% des courses se terminent au sprint et on avait des lacunes dans ce domaine. La venue d’André Greipel, qui a conservé une âme de cadet, va insuffler une nouvelle dynamique à l’équipe », a dit Emmanuel Hubert, le responsable de l’équipe Arkéa-Samsic. La formation veut repartir de l’avant en 2019 après une année compliquée où le Français Warren Barguil, tête d’affiche de la formation bretonne, n’a pas brillé.

 Farid Achache

(Coll)