Spread the love

804624Le 1er conseil des ministres du Gouvernement de la rupture a décidé de l’interdiction de  l’usage des postes téléviseurs  afin d’assurer l’efficacité de l’administration publique béninoise. Plus d’une année après, l’application de cette décision est effective. Plus de postes téléviseurs dans les services publics !

Mercredi 27 septembre 2017 ! Les cadres de différents ministères sont occupés à travailler. La plupart s’attèlent à satisfaire la demande des usagers. Au Ministère du travail, de la fonction publique et des affaires sociales, le Chef des services généraux et matériels, Rémi Hounnoukpé, n’est visiblement pas disponible à nous recevoir. Il est occupé à servir les clients. « Nous n’avons plus accès aux  postes téléviseurs. Aussitôt la décision prise en conseil des ministres, tous les postes téléviseurs ont été retirés de nos bureaux», a-t-il expliqué. Emilie Zinsou-Bodé en service au ministère du travail fait comprendre  que l’effectivité de cette décision n’a point modifié son  quotidien. « Mon service a toujours fonctionné normalement. L’interdiction n’a pas changé grand-chose, peut-être dans d’autres bureaux », a-t-elle déclaré. Victor Gbèwezoun, agent du ministère de la justice, pense également que la décision gouvernementale n’aura impacté aucunement son travail. Seulement, ils regrettent tous n’avoir pas accès à la télévision aux heures de pause pour s’informer.  « La rapidité dans le travail est désormais effective dans les bureaux des fonctionnaires du Ministère de la justice », a renseigné un autre agent qui a requis l’anonymat. « Le  problème qui se pose désormais est l’utilisation de l’internet. Les fonctionnaires peuvent regarder les chaines de télévision depuis leurs téléphones mobiles, puisque nous avons accès à internet dans nos différents bureaux », a déploré ce dernier qui en appelle à la conscience professionnelle de chacun.

Une amélioration diversement appréciée

Pour Désiré Ago, usager rencontré au ministère de la justice, la décision a été respectée au niveau des ministères et grandes sociétés d’Etat. « Mais je suggère que les inspecteurs ou contrôleurs fassent des descentes inopinées pour faire le constat dans les structures décentralisées », a-t-il déclaré. Il estime n’avoir pas constaté une accélération  dans le traitement des dossiers. Mais Issimiath, un usager rencontré au ministère des affaires étrangères, pense qu’il y a un changement dans le comportement des agents envers les usagers. « Il y a une nette amélioration surtout dans le délai de traitement des dossiers comparativement à l’époque où il y avait encore  les postes téléviseurs », a-t-elle déclaré. Elle confie également avoir noté un accueil chaleureux chez les agents après l’application de cette décision. « Sinon, ils étaient concentrés sur leurs programmes de télénovelas », a-t-elle martelé. Pour Pamphile Ahissou, enseignant et usager du Ministère de l’enseignement secondaire, a priori, on ne peut faire deux choses à la fois, donc la décision est à saluer. « En quelque chose, cette décision a pu apporter un coup d’accélérateur au traitement des dossiers surtout en ce qui concerne ceux des enseignants ».

Ozias Houngue et Donald Kevin Gayet (Stag)