Spread the love

alassane-2Depuis quelques jours, il est divulgué sur les réseaux sociaux et dans certaines presses, le pourcentage à l’examen du Bepc 2015. 15% serait donc le pourcentage et il est même dit que le Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement Secondaire Alassane Djimba aurait recommandé un rachat. Face à ces rumeurs, certains cadres de ce ministère sont sortis de leur mutisme pour donner leurs appréciations sur cette information. C’est au cours d’un point de presse qu’ils ont animé cet après midi dans les locaux dudit ministère.

Face à ce qu’ils qualifient de faits agités par des personnes qui ne devraient jamais se retrouver dans de pareils propos de fait de leur qualité, Wilfrid Djènontin et Rogatien Tossou ont rejeté du revers de mains les déclarations qui circulent dans les médias au sujet du résultat du Bepc 2015 qui serait catastrophiques. Pour les conférenciers, c’est une commission fixée par arrêté interministériel qui met en place les commissions d’examen et qui gère les différentes étapes du processus d’examen. « L’organisation des examens est quelque chose de si sérieux que nous ne tolérons pas que des personnes puissent se présenter dans les secrétariats d’examen où sont compilés les résultats sous anonymat ». Selon eux, même les premiers acteurs n’ont pas encore connaissance des résultats. Ils vont même plus loin en affirmant que tout est à l’origine d’un contentieux des examens et que les investigations qui sont en cours vont se poursuivre et que force va rester à la loi. Quant au sujet de rachat qu’aurait relayé les mêmes sources, une demande que le ministre d’Etat Djimba aurait formulé, l’Inspecteur Général Pédagogique du ministère Wilfrid Djènontin a confié aux journalistes que : « Le ministre d’Etat n’a jamais donné des instructions aux directeurs départementaux comme c’est écrit sur les réseaux sociaux de procéder à des rachats jusqu’à six ou bien cinq de moyennes. Nous n’exerçons le droit au rachat que dans la limite de ce que les textes permettent. L’admissibilité est acquise lorsque le candidat a réuni une moyenne supérieure ou égale à 9/10. La latitude est laissée au jury de délibération en voyant le contexte dans lequel les examens ont eu lieu, de se prononcer si on peut racheter ou non ». Rogatien Tossou, Directeur adjoint de cabinet du Ministre d’Etat chargé de l’Enseignement Secondaire à la suite de Wilfrid Djènontin a martelé au cours de la sortie médiatique « qu’ un examen n’est pas une élection pour que juste après la correction des copies qu’on commence par envoyer sur les réseaux sociaux les pourcentages ». Cependant, les deux acteurs de ce ministère ont invité les parents d’élèves ainsi que les candidats à rester sereins.

Judith Rolande Capo-Chichi