Spread the love

UibLes imams de l’Union islamique du Bénin ont tenu deux congrès en l’espace de deux jours. Vendredi 29 et samedi 30 mars 2019 à Cotonou. Chacun des congrès  a débouché sur l’installation d’un bureau.

Tout serait parti d’un bureau transitoire installé en mai 2017 pour la relecture des textes de l’Union. Les textes revisités devraient permettre pour une association qui réponde aux aspirations actuelles. Ce bureau transitoire n’aurait pas fait son job à en croire, Mahmoud Sidi, membre de l’association des intellectuels musulmans du Bénin. « Le bureau de transition était chargé de travailler pour reformer l’Union en proposant des textes qui devraient adoptés 12 mois plus tard. Au bout de 12 mois, il devrait avoir un nouveau congrès pour adopter les nouveaux textes pour partir sur de nouvelles bases. Chemin faisant, le bureau n’a pas fait ce travail après 21 mois. Il y a quelques problèmes qui opposent les membres à l’intérieur. La goutte d’eau qui fait déborder le vase est la décision du président de l’Union islamique de démettre les membres du bureau institué par le congrès, de suspendre les réunions du bureau exécutif, les activités de l’Uib et surtout de reporter un atelier de validation pour lequel lui-même avait déjà invité les participants qui devraient venir de l’ensemble du territoire nationale » explique Mahmoud Sidi. Selon Mahmoud Sidi, le président de l’Uib, l’iman Ati fatou Mohamed Ali élu le 20 mai 2017 à Porto-Novo aurait convoqué un congrès de façon clandestine d’où la réaction des autres imans ne parlant pas le même langage avec ce dernier.

Marcus Koudjènoumè