Spread the love

GErard ZoundjiPassionné des sciences agronomiques, Gérard Zoundji (photo) œuvre inlassablement pour l’amélioration des conditions de travail des paysans. C’est cette dynamique qui l’a poussé à faire des recherches sur les techniques de vulgarisation efficaces. Lundi 05 mars 208 à l’amphithéâtre Octave Houdégbé à l’Université d’Abomey-Calavi, il a livré le fruit de ses recherches au monde universitaire.

Il est désormais possible pour les paysans de s’auto-former par la vidéo. Grâce aux travaux effectués par Gérard Zoundji, cette technologie pourra entrer dans les habitudes et soulager les peines des agents de vulgarisation. En effet, faisant le constat selon lequel, il est fastidieux pour l’agent de passer de paysan en paysan avant de les former, Gérard Zoundji a décidé d’orienter ses travaux de thèse sur la possibilité de changer la donne. Ainsi, pendant près de cinq ans, son goût prononcé pour la révolution de cette pratique l’a conduit dans plusieurs pays, notamment le Kénya, le Mali, le Japon et les Pays-Bas. Au finish, il a abouti à la conclusion selon laquelle il urge de faire intervenir les Tic dans l’agriculture. Et c’est tout naturellement qu’il propose la vidéo pour former la masse laborieuse en matière d’agriculture. L’idée est originale, et les membres du jury, mardi dernier, n’ont point caché leur admiration pour l’impétrant. Selon Rigobert Tossou, professeur titulaire à la Faculté des sciences agronomiques de l’Uac, le sujet développé par Gérard Zoundji est d’actualité et apporte un plus à la science. Car, a-t-il précisé, il a essayé, à travers son travail, de montrer que si le contenu de la vidéo est bien choisi et que la réalisation se fait en langue locale, cette méthode de vulgarisation peut être très utile que si c’est l’agent qui vient leur parler. « Cela va permettre aux agents de moins se gêner », a-t-il fait constater. Espérant que cette thèse passe à l’applicabilité, les membres du jury ont donné blanc seing à cette innovation. Et c’est tout naturellement que Gérard Zoundji, cadre béninois en fonction à l’Ambassade du Japon, entre dans le cercle restreint des Docteurs en agronomie avec la mention très honorable. L’heureux du jour se dit prêt à œuvrer pour l’expérimentation de ce projet en vue de sa généralisation.

 Joël Samson Bossou