Spread the love
Daniel-lonmandon
Le maire Daniel Lonmadon a été écarté de la liste un tout comme d’autres

Dans les six Communes du Couffo, l’Union fait la Nation est en train de boucler les dossiers de positionnements sur les listes de candidatures aux élections communales. A part quelques difficultés qui retardent des Communes de la 12ème circonscription électorale, tout est fin prêt. On retient que les anciens Maires ne figurent plus sur les listes déjà prêtes.  

Pascal Danha, actuel Maire de la Commune de Djakotomey ; Daniel Lonmadon de la Commune d’Aplahoué, Christophe Mègbédji de Klouékanmey et Jean Agbévo de Toviklin ne seront plus candidats sur la liste Un aux prochaines élections communales. Tous ces Maires en exercice n’ont plus été pris en compte lors des positionnements en cours depuis quelques jours. Les tractations ne sont pas faciles, selon des proches des responsables de cette alliance dans le Couffo ; mais tout se passe sans incident. A Aplahoué, deux critères ont fait écarter Daniel Lonmandon. D’après nos informateurs, la règle de départ a été que ceux qui ont fait deux mandats successifs et n’ont plus l’âge et l’air jeune ne peuvent plus postuler ; car, l’Union fait la Nation a opté pour la valorisation des candidatures de la jeunesse et des femmes, cette fois-ci.

A Klouékanmey, malgré ces critères et à la demande de la population, on apprend que Christophe Mègbédji a eu des chances d’être repositionné, une troisième fois. Mais, des témoins de la réunion ont dit qu’il se serait retiré de lui-même, pour donner la chance à des jeunes. Dans la Commune de Djakotomey, la séance tenue la semaine écoulée à Lanta ( Klouékanmey) n’a pas validé la candidature de Pascal Danha. Il a fait un seul mandat ; mais les responsables de l’Un ont estimé qu’il faut le mettre de côté. On lui reproche de ne plus être proche du Parti social démocrate ( Psd) depuis un moment. Il en a été de même pour Jean Agbévo, Maire de la Commune de Toviklin. Si pour Danha de Djakotomey, il n’y a pas eu de preuves palpables pour le confondre, son collègue de Toviklin s’est illustré comme opposant au Psd, alors qu’il est un maire Un. Il est d’ailleurs candidat aux élections législatives sur une autre liste.

Dans la Commune de Dogbo et de Lalo, il y aura une exception. Les positionnements ne sont pas bouclés, à notre connaissance, mais nos sources insistent que les Maires Vincent Akakpo de Dogbo et Célestin Dohou de Lalo pourraient revenir. D’abord, ils n’ont pas fait deux mandats. Ensuite, ils sont encore jeunes et pour des raisons de stratégies politiques et surtout pour leur fidélité, ils ont des chances d’être repositionnés, selon des proches de l’Un.

A l’heure actuelle, il n’y a pas de protestation ou de contestation sur le terrain, par rapport aux positionnements qui se font au niveau de l’Union fait la Nation. On apprend que tout se passe sans incident et dans la compréhension. Même des élus écartés se sont engagés à continuer la lutte avec cette alliance.

La nouveauté, à en croire les mêmes sources, c’est qu’il y a eu assez de places pour les jeunes et les femmes. Les choix ont été faits, non plus pour récompenser des militants, mais selon la fidélité et la capacité de gestion. L’Union fait la Nation a opéré des choix pour faire en sorte que le Couffo change de visage au lendemain des installations des nouveaux conseils communaux. Le choix a été porté sur des hommes de qualité pouvant défendre les intérêts des populations et les idéaux de la coalition Union fait la Nation.

Bruno Amoussou n’est pas sur le terrain, encore ; mais on apprend que son ombre plane sur tout ce qui se fait. Il ne manipule pas les listes et ne donne aucune instruction particulière à part les principes retenus par le bureau national. Il a juste fait confiance à son équipe qui fait ce travail sans grande difficulté. Là où il doit avoir de problème, les solutions sont trouvées aussitôt, selon des membres de l’équipe de terrain qui indiquent d’ailleurs que les questions de positionnement ont été lancées au niveau de l’Un depuis longtemps et les gens s’étaient préparés en conséquence.

 Félicien Fangnon