Spread the love
Lionel-zinsou-au-parlementLe candidat Fcbe, Lionel Zinsou, imposé par Yayi, fait tout pour donner raison à ses détracteurs. Au lieu de travailler à renforcer la cohésion au sein des Fcbe, il consacre, depuis quelques semaines, le clair de son temps à légitimer sa candidature chez ses amis français. Pendant que le jeune Fcbe de Wawata cherche en vain sa photo, il n’a trouvé mieux à faire que de célébrer ses mérites sur les médias français.
L’image svelte du candidat Lionel Zinsou inonde la presse française ! Le candidat Fcbe est devenu l’artiste du moment. Bien qu’ayant fait tant d’années en France, il n’a jamais été aussi médiatisé. Mais, à peine a-t-il fait un come-back au Bénin qu’il devient, étonnamment, la convoitise des radios, télévisions et journaux de la France, ce pays dans lequel son ombre ne faisait, jusque-là, pas l’objet de curiosité. Le voilà aujourd’hui au-devant de la scène française à chanter l’hymne de la continuité de Yayi à la presse française ; laquelle fait de lui le héros du moment. Mais tout ceci ne dit pratiquement rien à la vielle de Karimama. Une grande partie de l’électorat qui élit au Bénin est analphabète et en a cure du français rapide souvent parlé sur ces radios dont la plupart ne sont même pas captées au Bénin. L’électorat que Zinsou devrait convaincre n’a même pas la connexion internet. Pourtant, il s’acharne à inonder les sites internet de ses interviews. De fait, le Premier ministre, par son amour éthéré pour les médias étrangers, donne l’impression de quelqu’un qui reste au 15ème étage pour parler à ceux qui se retrouvent au rez-de-chaussée. Sans coup férir, sa voix sera inaudible. C’est pourquoi, le candidat Fcbe ferait mieux d’avoir, dans son entourage immédiat, un conseiller béninois, lequel n’aura pas froid aux yeux avant de lui dire qu’il connait mal le Béninois. Car, c’est inconcevable de parler aux Français alors qu’on veut se faire élire au Bénin. Ce paradoxe sort de l’entendement.
Zinsou a cure des mécontents Fcbe
En plus de ce déficit de communication, il y a aussi la crise que son élection a générée au sein de son parti. Zinsou a cure des mécontents Fcbe. Il ne veut même pas entamer un début de médiation pour les convaincre de rester à la maison. Ses garçons de course que sont les leaders politiques Fcbe s’en chargeront. La seule chose qu’il fait pour l’instant, c’est de parler français aux Français. Or, les Béninois veulent l’entendre parler les langues nationales. Les femmes des marchés veulent l’entendre parler Fon, Mina, Dendi, Yoruba, Nagot, Goun et autres. S’il ne cherche pas à satisfaire cette exigence qui pourrait lui ouvrir le boulevard de la Marina, c’est qu’il part à cette échéance avec un véritable handicap, un peu comme le disent vulgairement les Ivoiriens, « l’éléphant annoncé est venu avec un pied cassé ».
AT