Spread the love

NUIT DES CONTESL’association culturelle « Mémoires d’Afrique » a organisé le mardi 14 aout 2018 la nuit des contes. La 13ème édition de cet évènement culturel qui s’est déroulée dans 29 localités du Bénin a permis aux participants de se ressourcer dans la culture africaine.

Un retour à la source. C’est ce que l’on est tenté d’affirmer au vu de l’intérêt que revêt cette pratique culturelle africaine qui a disparu entre-temps. Un ensemble de récits à travers lesquels ils apprenaient de la vie et surtout gagnaient en moralité. Cette habitude qui identifiait facilement les nations africaines tend à disparaître. Au-delà du cadre folklorique et traditionnel, aujourd’hui les contes et légendes semblent avoir perdu de leur valeur. Il faut admettre que la mondialisation associée aux nouvelles technologies ont porté un coup dur aux contes et légendes en Afrique. Et même les gardiens du temple ont lâché prise faute d’engouement dans le rang des jeunes. C’est fort de ce triste constat que l’association « Mémoires d’Afrique » a choisi de promouvoir les contes africains et les pérenniser. C’est de cette envie qu’est née la nuit des contes. Un événement qui prône le retour aux valeurs et dont la finalité est de créer une base de contes qui sera introduit dans le patrimoine immatériel béninois. L’édition de cette année a été une réussite, en témoigne la mobilisation qu’il y a eu autour de l’évènement. Pour cette 13ème édition, 29 communes ont accueilli cette manifestation. Raoul Atchaka, représentant national de l’association s’est réjoui de l’engouement qu’a suscité cette édition. A l’en croire, l’objectif visé est atteint, mais il faut que tout le monde y adhère afin de préserver les contes et légendes africaines. Le père Israël Mensah, fondateur de « Mémoires d’Afrique » a rappelé le combat de son association. Selon lui, il s’agit de contribuer à la sauvegarde des cultures africaines en voie de disparition. « Un recueil dédié exclusivement à des proverbes africains est même en projet au niveau de l’association », a-t-il affirmé. Une bougie pour pérenniser l’œuvre a été allumée en mémoire de tousles participants à cette nouvelle édition.

                                                                                                                                     Boris Koumagnon