Spread the love

Devanture Epp Zongo Cotonou

Le tabac est l’une des causes de mortalité chez près de 50% de ses consommateurs. L’industrie du tabac, bien que consciente des conséquences dévastatrices de la consommation du tabac sur la santé, continue de cibler les jeunes, car elle est plus préoccupée par les bénéfices que par la santé publique. Face à ce constat l’Initiative pour l’Education et le Contrôle du Tabagisme (IECT) a livré ce mardi 16 aout 2016 les rapports de l’enquête « tobaco industry accountability » dans l’enceinte de la maison de la société civile.

L’ONG initiative  pour l’éducation et le contrôle du tabagisme, en collaboration avec l’alliance pour le contrôle du tabac en Afrique « ATCA », a livré les résultats de l’enquête dénommée  « tobaco industry accountability ».  Ladite enquête vise à exposer les stratégies de l’industrie du tabac ciblant les enfants autour des écoles. Elle a été menée sur neuf écoles primaires et secondaires à Cotonou. Plusieurs membres des organisations de la société civile membres de la plate forme Halte tabagisme Bénin, une association des parents d’élèves et des hommes de médias étaient présents à cet atelier. Pour Remy Kpognalangni, chargé du programme de l’Ong « Iect », les jeunes élèves utilisent le tabac et en abusent. « Tout porte à croire que la journée sans tabac décrétée par les Nations-unies est passée inaperçue chez nous au Bénin », a-t’-il fait remarquer. Il urge, selon lui, que les voix se joignent afin que les jeunes en proie au tabac se rendent compte du risque encouru. Cela passe nécessairement par le renvoi immédiat des vendeurs de tabac qui se trouvent à proximité des écoles. Simphorose Houagni, présentatrice des résultats de l’enquête, a fait remarquer que  dans un rayon de 100 mètres autour des 9 écoles enquêtées, il existe un total de 108 points fixes de vente des produits du tabac ; soit une moyenne de 12 points par école.  En moyenne 5 vendeurs ambulants des produits du tabac, rodent autour des écoles. L’école primaire publique Charles Guillot de Zongo et le Collège d’enseignement général Akpakpa-centre sont les plus exposés avec respectivement 27 et 11 vendeurs ambulants. Léonce Sessou, responsable de la communication de « Atca  »  a formulé le vœu que le gouvernement s’implique assez dans le processus de lutte contre le tabac afin que les enfants soient suffisamment informés sur ses dangers.