Spread the love

fcbeVisiblement, les choses tirent vers leur fin. Du côté des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe), la barque se vide. Au Sud du Bénin, elle était majoritaire face à l’alliance Union fait la Nation. Mais avec la création récente de l’Alliance nationale pour la Démocratie (And), Valentin Aditi Houdé et ses amis politiques, ressortissants du Sud, les élans se sont vus freiner pour les partisans du pouvoir. Le septentrion est la seule région sur laquelle Yayi Boni comptait. S’il est menacé à Cotonou, il fait souvent recours au nord pour hausser le ton. On se rappelle encore de sa phrase prononcée en 2012 pour répondre à l’opposition : « Je ferai venir les miens du Bénin profond ». Mais avec la naissance de l’Alliance Soleil, c’est fini. Yayi Boni n’a pratiquement plus personne au nord. Les vrais Fcbe qui le défendaient le lâchent. Sacca Lafia, Gaston Yolou et autres quittent la barque Fcbe. Très prochainement aux élections, c’est clair que cette alliance présidentielle à l’image de l’Union pour le Bénin du futur (Ubf) sous Kérékou va s’éteindre. Ceux qui se battaient pour porter le vert, lors des prochaines élections, peuvent se tenir tranquilles, car visiblement, il y aura assez de places. En tout cas, dans beaucoup de circonscriptions électorales, les positionnements ne seront plus discutés. Sacca Lafia laisse déjà sa place. Djibril Débourou et Gaston Yolou font pareil dans le Borgou, tandis qu’au centre et au sud, le vide se crée également avec Mathurin Nago, Nicaise Fagnon, Claudine Prudencio et consorts.

A l’Assemblée nationale, cette coalition disparaît à petit coup. Sacca Lafia et ses amis partants, pourraient même contredire les volontés des Fcbe au sein de leur groupe parlementaire. Déjà au niveau du bureau de l’Assemblée nationale, plus rien ne restait, de valable. Dans tout le lot, Yayi ne peut compter aujourd’hui que sur Justin Yotto Sagui (Fcbe), premier vice-président et André Okounlola (qui n’est pas élu Fcbe), secrétaire parlementaire. Les amis de départ ont changé de position. Mathurin Nago, président de l’Assemblée nationale ; Djibril Mama Débourou, questeur, et Claudine Prudencio ont claqué la porte. Même Boniface Yèhouétomè de la Renaissance du Bénin n’a plus le choix. Valentin Houdé a changé de veste aussi. Sur les sept membres du bureau, il ne reste que deux qui respirent (difficilement) Yayi Boni. C’est une situation qui annonce une fin malheureuse pour l’actuel président de la République. Ceux qui le laissent sont ceux qui l’avaient vraiment soutenu en 2006 et 2011. C’est le signe de la fin des temps.

F.F