Spread the love
Charles Kakaï-Glèlè
Charles Kakaï-Glèlè, un des invités de l’émission

L’ancien ministre des Travaux publics et des transports, Gustave Dépo Sonon, membres des Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) et Charles Kakaï  Glèlè, Coodonnateur de la direction de campagne de Talon étaient les invités de l’émission « Version Originale » de la chaîne de télévision privée Carrefour du dimanche 21 août 2016. Avec Charles Akouta, ils ont abordé l’actualité politique nationale en mettant un point d’honneur sur plusieurs dont la visite de l’aéroport de Tourou par Yayi Boni.

« C’est curieux l’incident posé par Yayi Boni », a déclaré Charles Kakaï-Glèlè parlant de la visite de l’aéroport de Tourou par l’ancien président de la République. A la lumière de ses analyses, il a rappelé qu’en 2008, le même incident s’était posé sous le régime défunt avec Nicéphore Soglo qui mettait en garde contre le matraquage politique. Au lendemain des déclarations de Soglo, se souvient-il, Alexandre Hountondji, alors porte-parole du gouvernement qui  était monté au créneau avait traité l’ancien président Nicéphore Soglo d’un vieillard aigri… Il a donc conclu que l’incident de Tourou est un fait similaire et que la réaction du ministre des Travaux publics et des transports, Hervé Hèhomey est légitime et n’a rien d’anormal. Pour lui, Yayi en fait de trop et il est temps qu’on mette fin à ses dérives. « C’est de l’hypocrisie de dire que Hervé  Hèhomey a exagéré. Il a tapé du poing sur la table pour le ramener à l’ordre. Il n’a qu’à nous laisser travailler », a-t-il souhaité. Pour Gustave Dépo Sonon, « C’est triste ». Il a regretté cette information distillée dans l’opinion publique. A l’en croire, les informations relatives à cette sortie diffusées sur les réseaux sociaux sont sans fondements et frisent un règlement de compte. Selon lui, le déficit communicationnel du gouvernement actuel est à l’origine de cette situation. Les gens profitent de cette défaillance pour fomenter des informations de nature à distraire ou à troubler la quiétude des populations.  D’autres profitent du «désaccord entre les deux hommes pour en faire un fond de commerce». Il a accusé également les forces de l’ordre en charge de la sécurité de cet aéroport qui ont fait preuve de légèreté car toute visite d’un chantier est interdite. «Lorsqu’on se réfère aux antécédents et aux agissements de Yayi Boni, l’on n’est en droit de croire aux informations des réseaux sociaux », a souligné Charles Kakaï-Glèlè. Tout en déplorant l’incident, Gustave Dépo Sonon n’a pas apprécié la réaction du ministre Hèhomey.

Zéphirin Toasségnitché

(Br Zou-Collines)