Spread the love

Couverture-Livre-Code-de-lenfantDémarrés le mercredi 26 septembre, les travaux de la troisième session ordinaire du conseil communal de Sèmè-Podji ont pris fin dans l’après-midi du vendredi 28 septembre 2018. Mais avant, le Conseil a eu droit à différentes communications dont une sur la loi 2015-08 du 08 décembre 2015 portant Code de l’enfant en république du Bénin.

Le Conseil communal de Sèmè-Podji en sait un peu plus sur le Code de l’enfant en République du Bénin. La séance de vulgarisation dudit document initiée par la Direction départementale des affaires sociales et de la micro finance dans le cadre de l’appui-conseil aux communes a davantage édifié les vingt-cinq conseillers. Entre autres infractions qu’il réprime, la communicatrice principale a cité l’avortement, la non-déclaration de naissance, la grossesse précoce, le mariage précoce ou forcé, la zoophilie, l’opposition à la vaccination d’enfant, l’accomplissement d’un acte sexuel autorisé par la coutume sur une enfant de moins de 18 ans. Selon, le processus d’élaboration du code de l’enfant date des années 2004, juste après le Code des personnes et de la famille. L’objectif principal, a-t-elle martelé, était de mettre dans un document unifié et bien structuré toutes les problématiques de la protection des enfants. « Ce texte de loi représente un enjeu capital au regard des défis qu’il permet de relever en matière de mise en œuvre des droits et du bien-être de l’enfant », a-t-elle insisté. Prenant la parole, le maire a salué la Direction départementale des affaires sociales et de la micro finance pour cette initiative. A en croire Charlemagne Honfo, ce document est comme la lumière qui éclaire les ténèbres. Le souci du Législateur, a-t-il précisé, est de préserver la vie depuis le ventre de sa mère. Pour finir, il a invité le Conseil à respecter cette loi. En clôturant les travaux de cette troisième session, le Maire s’est dit heureux de la qualité des débats qui prouve que les conseillers sont déterminés à rompre avec les pratiques rétrogrades et à aller dans le sens de l’émergence. « Mettons nous alors à la tâche pour que Sèmè-Podji rayonne davantage », a-t-il conclu.

 Joël Samson Bossou