Spread the love

ebola_lassa_copieDeux cas confirmés du virus lassa déjà enregistrés au Bénin. Depuis l’annonce de la présence du virus sur le territoire béninois. Les dernières analyses effectuées ont révélé 1 autre cas positif dont 2 négatifs. La veille sanitaire est renforcée au niveau des frontières et  au niveau local selon le point du chef du service de l’épidémiologie et de la surveillance sanitaire des frontières, port et aéroport  à la direction nationale de la santé publique au ministère de la santé. Clément Kakai Glèlè évoque les dispositions prise par le ministère de la santé public. C’est à travers une interview qu’il a accordé à Océan Fm.

Quel point peut-on faire de l’épidémie du virus lassa aujourd’hui et combien de cas a été enregistré ?

A ce jour, on a enregistré trois cas dont deux cas sont confirmés. Le troisième cas pour l’instant est testé négatif et un contrôle sera fait après.

Des prélèvements auraient été faits sur des proches de la patiente, avez-vous déjà les résultats ?  

En dehors du premier cas, il y a eu trois prélèvements, mais sur les trois prélèvements, c’est deux personnes qui présentent des signes. Il y a un qui est positif et les deux autres sont négatifs mais nous comptons effectuer encore un prélèvement pour contrôle.

On peut parler de combien de cas suspect à l’heure actuelle ?

Actuellement, on a un cas suspect

Qu’es ce qui est mis en place pour la riposte ?

Il y a une coordination, on se réunit tous les jours pour une réunion de crise. Au niveau local à la direction départemental de la santé à Parakou, il y aussi une coordination. La coordination nationale et celle départementale sont en lien  pour analyser la situation au jour le jour. Le ministre à travers ces coordinations donne des instructions, ça, c’est pour le volet coordination mais sur le plan surveillance épidémiologique, il y a toujours des équipes d’investigation qui sont en place qui mènent des activités d’investigation en communauté et la recherche d’autres cas éventuels et les contacts des deux cas qui ont été confirmés. Il y a un appel qui a été lancé à toutes les communes du Bénin, les centres de santé et autres structures sanitaires et en particulier celle des quatre départements du nord et des collines, des départements à risque élevé pour renforcer la veille sanitaire et la notification de tout cas suspect pour leur investigation. Il y a la prise la charge clinique, la communication et la mobilisation communautaire. Par rapport à la communication, c’est tous les secteurs qui sont impliqués. Il y      a des communications vers les élus locaux pour la sensibilisation des leaders d’opinion sur le virus lassa, comment se comporter, les gestes pratiques pour éviter la maladie ou pour vite la diagnostiquer.

Quel est le dispositif mis en place au niveau des frontières ?  

Au niveau des frontières comme par le passé, il y a des brigades de santé et nous nous appuyons sur les relais communautaires pour notifier tous cas éventuels venant du Nigéria. Ces relais sont en relation avec les agents de santé et ceci en relation avec l’équipe de la zone sanitaire. Des équipes sont prévues même pour aller renforcer ce que les relais communautaires font.

Rappelez-nous les moyens de prévention du virus lassa

Le virus du lassa est une maladie des mains sales. Il faut donc se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon, bien protéger les restes d’aliment contre les rats et particulièrement les rats multi mammaires connus pour transmettent le virus de la fièvre hémorragique lassa, éviter toutes manipulations et consommation des rats et comme, c’est aussi une maladie qui se transmet d’une personne à l’autre, il faut éviter tout contact avec toute personne suspecte, faire attention avec les urines, salives, selles, vomissure et autres de personnes contaminées, il faut éviter toute manipulation de corps de personnes suspectes.

Propos recueillis par Claudine Vodounon