Spread the love
Charlemagne Honfo confirme sa candidature pour la mairie de Sèmé-Kpodji
Charlemagne Honfo

Le préfet Joachim Apity était, mardi 22 novembre 2016, à Sèmè-Podji où il a tenu une séance de travail avec la première autorité de la Commune et son conseil. C’est dans le cadre de sa tournée statutaire dans le département de l’Ouémé. Il était accompagné de son homologue du Plateau, Valère Sètonnougbo.

Les responsables de la Commune de Sèmè-Podji et celles de la préfecture de l’Ouémé se donnent la main pour faire face aux défis du développement à l’ère du Nouveau Départ. C’est ce qu’on peut retenir de la séance de travail que l’autorité préfectorale a eue, mardi 22 novembre 2016, avec les autorités politico-administratives et têtes couronnées de Sèmè-Podji. L’objectif de la rencontre est de s’enquérir de l’état de fonctionnement du Conseil communal présidé par le maire Charlemagne Honfo. Ce dernier s’est réjoui de cette marque de considération. Il n’a pas manqué de présenter les atouts de la Commune et les défis à relever. Selon lui, on ne saurait parler de l’émergence du Bénin sans les fils et filles de Sèmè-Podji, la ville carrefour. Ceci, au regard de sa situation géographique qui fait d’elle la porte d’entrée et de sortie vers le voisin de l’Est, le Nigéria. C’est pourquoi, a-t-il martelé, cette Commune dont il a la charge doit bénéficier d’un regard bienveillant de la part du pouvoir en place, notamment avec des investissements conséquents en infrastructures. Et vu que le gouvernement du Nouveau départ s’engage, très prochainement, à y installer un port en eau profonde, la question de la sécurité devient un problème majeur qu’il faut solutionner, a-t-il souhaité avant de promettre son engagement à accompagner les initiatives allant dans le sens du développement. Prenant acte des préoccupations du maire Honfo, le préfet Joachim Apity n’a pas manqué de dénoncer certains comportements des fils et filles de Sèmè-Podji qui annihilent les efforts des gouvernants, notamment l’occupation anarchique des voies publiques lors des cérémonies funèbres.

Joël Samson Bossou