Spread the love
Procureur Cotonou descente
Le procureur Mario Mètonou et son équipe sur le terrain

Après la répression de quelques citoyens habitués à noircir les artères publics de déchets, le représentant du Parquet de Cotonou a effectué une première descente au niveau des artères critiques de la vie. C’était le samedi 24 novembre 2018.

Un petit bâton et les habitudes changent progressivement dans la ville vitrine. La rectitude gagne le rang des acteurs des déchets sauvage à Cotonou. En tout cas, c’est le sentiment qui se dégage après la première descente du Procureur de la République Mario Mètonou sur les artères entre temps submergés de Cotonou. La ville se décharge visiblement de ce lourd fardeau au grand bonheur du représentant du Parquet et des éléments de la Police républicaine. « C’est une satisfaction, car nous avons remarqué un changement certain dans les habitudes. Zongo, un quartier réputé très pollué, est actuellement propre et nettoyé. Gbegamey, même constat. Plus de détritus également au niveau de la pharmacie les 4 thérapies. C’est encourageant», a-t-il noté.  Les grandes artères reprennent progressivement vie, mais les habitudes ont encore la vie dure. Mario Mètonou pense qu’il va falloir poursuivre la répression. « Les consignes ont été données à toute l’équipe. Le commissariat central, les commissaires d’arrondissement et le commissaire en charge de la lutte contre la pollution sont instruits aux fins de poursuivre la répression. La semaine prochaine, des personnes seront également poursuivies devant le tribunal de Cotonou. Nous ne nous arrêterons pas tant que nous n’allons pas constater un changement significatif dans le comportement des citoyens», a-t-il laissé entendre. La volonté est sans ambages, mais le représentant du parquet de Cotonou pense  que sa démarche est éducative.  « Plusieurs personnes ne savaient pas que ces actes constituent des infractions prévues non seulement par le code de l’hygiène, mais aussi par la loi cadre sur l’environnement. Nous allons faire en sorte que chacun puisse prendre sa part à l’assainissement de la cité», a-t-il laissé entendre. Prochain chantier de l’autorité, la lutte contre la pollution sonore.

Hospice Alladayè