Spread the love

Aurelien-AgbénonciLe chef de l’Etat a effectué du 1er septembre au 6 septembre 2018, une visite de travail en Chine et en Turquie. Les retombées de ce périple asiatique et européen ont été présentées à la presse par le ministre des Affaires étrangères, Aurélien Agbénonci, le vendredi 7 septembre 2018 au cours d’un point de presse. Lire un extrait de la déclaration du patron de la diplomatie béninoise. 

« Nous allons faire le point des trois importantes étapes du voyage du chef de l’Etat. Mais à l’entame, je voudrais souligner que le chef de l’Etat s’est déplacé à l’invitation du président Xi Jinping, pour une visite de travail en Chine le 1er septembre 2018. Il a profité pour prendre part au Focac qui a eu lieu les 3 et 4 septembre 2018. La rencontre entre les deux chefs d’Etat a été fructueuse et décisive. De cette séance, on retient que les réformes conduites par le gouvernement n’échapent pas à l’attention de la Chine. La présentation faite par le président béninois de la situation de notre pays a conduit le président chinois à lui répondre qu’il était très attentif aux réformes en cours. Il a félicité son homologue et marqué son accord  pour non seulement poursuivre la coopération entre les deux pays, mais surtout à examiner favorablement un certain nombre de projets sur lesquels, nous avons eu à réfléchir déjà avec l’Ambassade Chine au Bénin. Au nombre de ces projets, on peut citer : la réalisation d’infrastructures et le souhait de la Chine de renforcer l’appui qu’elle déjà dans le domaine de la formation. Mais le plus important, c’est le souhait de la partie chinoise de donner un coup de main décisif au Bénin dans les programmes retenus pour changer le visage du pays. J’ai été ému lorsque mon collègue des Affaires étrangères m’a donné ses impressions en disant qu’ils ont été impressionnés par les dimensions du président Talon, un homme d’Etat qui sait où il veut conduire son peuple. Nous ne sommes pas allés en Chine avec une « shopping list », mais nous y sommes partis pour expliquer pourquoi ce pays doit opérer des réformes et pourquoi il était important pour nous que nous investissions dans le domaine des infrastructures, l’agriculture, le tourisme etc.

 Participation au Focac

 Après cette visite d’Etat, le président Patrice Talon, à l’instar des autres chefs d’Etats africains, a pris part au forum sino-africain (Focac) co-présidé par les présidents Xi Jinping et Cyril Ramaphosa de l’Afrique du Sud. Nos dirigeants se sont mis d’accord pour que le forum soit un instrument dynamisé qui tienne les promesses faites. Lors du précédent forum en Afrique du Sud en 2015, 10 programmes avaient été retenus dans plusieurs domaines les infrastructures, l’agriculture, l’industrie, les technologies, l’environnement etc.

Pour concrétiser ces programmes, le gouvernement chinois avait mis en place un guichet de 60 millions de dollars. Le bilan fait à la 7ème conférence ministérielle à laquelle j’ai participé, en prélude au sommet des chefs d’Etat, est que ce montant a été soit largement dépensé ou engagé. Dans cet ordre d’idées, un satisfecit a été exprimé par l’ensemble des ministres des Affaires étrangères africains et la partie chinoise. Ces programmes sont ceux qui permettent à Eximbank Chine de répondre favorablement aux demandes de financement que font nos pays.

Le forum lui-même, a commencé par une rencontre entre les dirigeants et les entreprises parce que la logique à quatre temps qu’utilisent les chefs d’Etats et le président Xi Jinping est très simple : l’orientation par les Etats, la mise en œuvre par les entreprises, la conduite des travaux par les acteurs sur le terrain et les mécanismes d’évaluation pour mesurer les progrès faits par les Etats.

Après le bilan de la première conférence, nous avons travaillé à l’élaboration d’un plan d’actions et la déclaration de Beijing. Le discours prononcé par le président chinois à cette occasion, a marqué et marquera l’histoire parce qu’il a décidé pour la nouvelle étape, de la mise en œuvre de 8 initiatives prioritaires pour les trois prochaines années qui vont permettre d’accroître le volume d’investissements en Afrique. A un moment donné, le président béninois s’est demandé s’il faut encore s’exprimer puisque nous avons obtenu ce que nous avons prévu dans le discours du président chinois. Mais, il a fini par s’exprimer puisque le président depuis le mois de septembre 2016, lorsqu’il s’est rendu dans une province chinoise avait dit que l’aide au développement était certes utile, mais n’a jamais permis de développer un pays. Par contre, les investissements productifs rentables peuvent impulser le développement d’un pays. Nous avons été agréablement surpris que cette approche de solution ait été celle que le président Xi Jinping a évoqué dans son discours.

Ce qui a été frappant dans la démarche du Focac, c’est le désir compulsif de la Chine de traiter de manière respectueuse les pays africains.

Le président chinois a souhaité que le président Talon se rende dans la province de Yunnan, une référence en matière de développement touristique dans le monde. Les installations visitées ont été impressionnantes. Nous avons commencé notre séjour par une action très importante. Le président Talon et sa délégation se sont rendus chez le groupe de construction et d’investissement de la province. Là, le ministre de l’Economie et des finances a signé au nom de notre pays, un accord-cadre de coopération pour la création conjointe d’une entreprise sino-béninoise d’investissements.

 L’étape de la Turquie

 Après notre départ de la Chine, le président de la République a effectué une visite de travail en Turquie. Cette visite a été marquée par trois temps forts. Le premier est un long tête-à-tête entre le président Erdogan et lui. Les deux hommes se connaissent puisqu’en décembre 2016, le chef de l’Etat avait déjà effectué sa première visite de travail à Ankara où nous avions signé des accords. En retournant voir le président Erdogan, il était question pour le chef de l’Etat, de faire le point de ce qui a été décidé avec la partie turque et surtout d’accélérer les contrats en cours avec certaine entreprises turques et d’ouvrir davantage le champ des réalisations dans notre pays à des partenaires turques.

Le second temps fort a été marqué par une séance de travail coprésidée par les deux chefs d’Etat. Les sujets abordés sont liés essentiellement au renforcement de la coopération entre les deux pays et surtout dans le domaine des investissements et des échanges commerciaux. A cet effet, je vous annonce que des Journées économiques béninoises seront organisées en Turquie très bientôt. Mieux, le président Patrice Talon participera l’année prochaine au sommet Turquie-Afrique. Le chef de l’Etat était très satisfait de la rencontre ce qui a conduit au 3ème temps fort de cette visite à savoir le point de presse conjointement animé pour rendre compte de la quintessence de leurs échanges.

Transcription Abdouramane Touré