Spread the love
MODESTE TOBOULA2
Modeste Toboula sensibilise au volet social du « Kpayo »

« Le Code pénal est en instance de promulgation par le Chef de l’Etat. Cela dit, si on en arrive à obtenir dans les jours à venir cette promulgation, nous devons commencer l’application de cette loi. Seulement, il faut souligner deux choses.

La première, c’est que la vente de l’essence frelatée est déjà ancrée dans nos comportements. C’est un fait social qu’on ne peut pas aujourd’hui traiter comme une infraction simple dans la mesure où depuis 30 ans, des familles ne se nourrissent que par cette activité. L’objectif des gouvernants que nous sommes, ce n’est pas de prendre des mesures justes pour réprimer les populations. Nous prenons des mesures pour le bien-être d’abord et le chef de l’État est dans cette logique. Donc, le gouvernement est en train d’affiner des stratégies, de faire des propositions nouvelles pour accompagner les acteurs du secteur. Si aujourd’hui nous cherchons à appliquer aveuglément cette loi, c’est que nous allons créer un problème social sans précédent, et nous ne sommes pas là pour cela. C’est pour cette raison, que je voudrais appeler les uns et les autres à la patience, à la quiétude, rien n’est encore grave. Nous allons ensemble trouver les voies et moyens de sortie bien que la loi l’ait interdit. C’est pour cette raison que je voudrais demander à tous ceux qui sont dans le secteur, de commencer par s’apprêter pour quitter le secteur ou alors y rester de façon professionnelle, et pour ça il y a beaucoup d’actions qui sont en vue. Bientôt, le ministre de l’Economie et des finances et le gouvernement, dans son entièreté, feront part des réflexions qui sont en train d’être peaufinées pour accompagner les acteurs du secteur.

Deuxième chose, les mesures relatives à l’interdiction de circulation, de transport de ces produits dans la journée demeurent et sont toujours en vigueur .Il faut que les acteurs respectent les mesures que nous avons prises concernant la circulation et le transport de ces produits dans le Littoral. Le transport n’est autorisé que de 00h à 5h du matin. Dans la journée, point de bidon sur les motos, point de véhicule qui transporte les produits frelatés. Autre chose, ceux qui mettent sur les grandes artères de Cotonou les bidons, les bouteilles etc., ces mesures d’interdiction demeurent aussi. Donc, il n’y aura pas de répit par rapport à ces deux mesures, mais nous allons intelligemment  réfléchir pour que la loi votée ne s’applique pas immédiatement dès sa promulgation ».

 Propos recueillis par AT