Spread the love

mairie de parakou La situation des personnes du 3ème âge, des personnes handicapées  et celles en situation difficile  préoccupe la conseillère municipale, Mêmouna Baboni Sinimbou. Lors de la session extraordinaire  du conseil municipal de Parakou,  tenue le vendredi 10 mai 2019 consacrée au vote du collectif budgétaire, elle a une fois encore défendu le cas des  couches vulnérables. Pour elle, malgré leur  handicap, ces personnes ont droit à un mieux-être. Ils ont aussi besoin de l’attention du conseil municipal. A ce titre, elle s’est intéressée à la cagnotte réservée aux groupes vulnérables au sein du  budget réaménagé. Après lecture du document,  l’élue municipale a remarqué avec satisfaction que le maire, Charles Toko,  partage la même vision qu’elle en augmentant le montant de cette ligne budgétaire qui est passée de 80.000FCfa à 4.080.000F Cfa. Soit une augmentation de 4millions de francs Cfa. « C’est un effort »,  a reconnu Mêmouna Baboni Sinimbou. Toutefois, elle estime que c’est insuffisant au regard du quotidien très précaire de ces personnes qui n’ont aucun appui de la société, ni de leurs familles. Conséquence, elles se débattent elles-mêmes pour survivre. En tant que mère au foyer, elle a de la peine à voir ces gens vivre dans ces conditions caractérisées par une souffrance  atroce. D’où son combat pour une amélioration de leurs conditions. Elle a également plaidé pour l’amélioration de la situation des femmes balayeuses de la Commune. L’autorité  municipale, très réceptif, a reconnu la pertinence et la légitimité du combat de la conseillère Mêmouna Baboni Sinimbou, mais, a-t-il fait remarquer, tout est prioritaire et les ressources dont dispose la mairie sont limitées. Par ailleurs, a-t-il rassuré, une attention toute particulière sera accordée à cette rubrique dans le prochain budget.

    Z. T.

(Br Borgou-Alibori)