Spread the love
toko
Le maire Charles Toko expliquant le contenu de l’arrêté aux représentants des maires, receveurs et percepteurs du Mono et du Couffo

Plus d’un an après la prise de l’arrêté 2015 N°2831/Mefpd/Dc/Sgm/Dgi/Ddial/ portant modalités d’utilisation du coût administratif des impôts et taxes perçues du budget des Communes, les autorités communales éprouvent toujours des difficultés à l’appliquer. C’est pour corriger cela que  l’Ancb a organisé, le vendredi 24 mars 2017 à Lokossa, un atelier de vulgarisation de ce document.

Ouvrant la rencontre, le maire de Parakou et président de la commission thématique économie et finances locales de l’Ancb, Charles Toko, a énuméré les différentes difficultés qui entravent l’application efficace de cet arrêté. A l’en croire, les difficultés dans la mise en œuvre de ce document sont de divers ordres. Soit, il est incompris par les acteurs ou soit la part qui devrait revenir à chaque bénéficiaire est mal calculée. « La plupart des communes ne savent pas comment entrer en possession du pourcentage revenant à la cellule Rfu ou au service qui y tient lieu », a-t-il expliqué.  Au regard de ces entraves, il a déclaré qu’il urge que l’Ancb organise des séances d’explication en direction des élus locaux et receveurs-percepteurs du Mono et du Couffo.  «C’est ce qui justifie la tenue de la rencontre de Lokossa. Le même exercice a été déjà fait dans l’Ouémé-Plateau et se fera dans les autres binômes de départements afin que tout le territoire soit couvert », a-t-il ajouté. A l’en croire, cet atelier a pour objectif d’expliquer à tous les acteurs en charge de l’application de cet arrêté, le contenu et la procédure à mettre en œuvre afin qu’ils entrent en possession de la part des impôts et taxes qui leur reviennent. Et pour  relever ce défi, le maire de Parakou, Charles Toko, a invité tous les participants à formuler de bonnes recommandations pour une bonne application de cet arrêté au profit des communes. A la fin des travaux, les participants se sont dits satisfaits de la formation qui leur a été dispensée.

Claude Ahovè

(Br Mono-Couffo)