Spread the love

tourouLes travaux d’extension de la piste d’atterrissage de Tourou n’ont pas progressé. C’est le constat fait par le Président de la République, le mardi 20 Octobre dernier, au cours de sa descente dans la cité des ‘’Kobourous’’.
Le président de la République a visité plusieurs chantiers d’infrastructures dont celui relatif à l’extension de l’aéroport de Tourou. Il a observé qu’environ deux mois après son dernier passage, c’est le statuquo sur ledit chantier. Les arguments des responsables de la société Colas chargée de la construction de l’aéroport de Tourou et de ceux de la société Synergie chargée de l’équipement des installations aéroportuaires n’ont pas convaincu le président de la République. En effet, selon le schéma du gouvernement, la piste d’atterrissage doit être rallongée de 900 mètres pour se retrouver à une longueur de 3300 mètres au lieu de 2400 mètres actuellement. Or, pour Hugo Legendre, chargé des travaux à Colas, l’entreprise exécute actuellement des travaux préliminaires, notamment la recherche des carrières et le lever topographique devant permettre de sortir un dossier d’exécution. Dans le même temps, aussi bien l’entreprise Colas, la mission de contrôle que la société Synergie, tous se sont inscrits dans la logique, de livraison du chantier de la première phase avant d’entamer l’extension des 900 mètres de piste. Yayi Boni s’est nettement opposé à ces arguments. Il a demandé aux sociétés concernées de se rendre conformes à la décision du Conseil des ministres qui tient à la réception du chantier, après la réalisation de tous les aménagements négociés au contrat sous peine de se voir retirer les chantiers au bénéfice d’une autre entreprise.

Inès Zounnon