Spread the love
Le Président Yayi Boni n'a pas comblé les attentes des Béninois
Le Président Yayi Boni n’a pas comblé les attentes des Béninois

Pour la quatrième fois consécutive, au cours de la sixième législature, le président Yayi Boni s’est conformé à la tradition constitutionnelle qui l’oblige à prononcer un discours sur l’état de la Nation. Un message sans sincérité qui est prononcé juste pour endormir l’opinion nationale et internationale.

Dans son discours, le président Yayi Boni n’a fait que l’éloge des quelques progrès enregistrés en 2014 du fait du taux de croissance qui est en moyenne de 5,6% sur la période 2012-2014. Abordant la filière coton, Yayi Boni n’a pas pu rassurer les Béninois du tort fait aux opérateurs économiques qui s’investissent dans la filière. Il s’est uniquement contenté de rappeler la volonté de son gouvernement d’améliorer la qualité de la gouvernance de la filière coton qui tient compte des conditions de vie des cotonculteurs. Pendant ce temps, la pauvreté continue de sévir. D’ailleurs, le chef de l’Etat l’a lui-même reconnu et le classe parmi les défis à relever en 2015. En ce qui concerne la correction de la Lépi, pour l’organisation des élections municipales, Yayi Boni estime que tout est mis en œuvre par son gouvernement pour faciliter les travaux du Cos-Lépi. Il a rappelé la mission du Code électoral qui exige la Lépi. Aussi, attend-il la saisine de la Céna par rapport à la convocation du corps électoral. Par rapport à la sécurisation des élections, Yayi Boni estime que les forces de sécurité et de défense sont prêtes. Alors, il plaide pour l’urgence de la disponibilité de la Lépi. Enfin, il faut noter que la plupart des députés, et même les ministres du gouvernement, ont passé leur temps à dormir au moment où le président Yayi Boni prononçait son discours. C’est alors que les uns et les autres qualifient le discours d’ennuyeux encore qu’il y a des redondances pendant la lecture.

Pas de 2ème compact Mca sans les élections au Bénin

Malgré l’éligibilité du Bénin pour le deuxième compact du Millenium challenge account, sa signature ne sera pas aisée. Le conseil d’administration du Millenium challenge corporation conditionne cette signature à l’organisation des élections. Dans ce discours, le président Yayi Boni l’a publiquement reconnu. En réalité, il ne se retrouve pas dans cette dynamique d’organiser les élections au regard du flou qu’il entretient avec son gouvernement à cet effet. Sinon, comment comprendre que, malgré la pression de l’opposition qui exige l’organisation des élections communales avant les législatives, Yayi Boni ne dit rien. Pourquoi parle-t-il de l’organisation de toutes les élections dans son discours ? Il suffit, à l’heure actuelle, que Yayi Boni accompagne véritablement la prise de la loi dérogatoire par le Parlement afin que l’opinion soit rassurée. C’est l’important défi que le président Yayi Boni doit relever. Certes, il voudrait compter sur l’union sacrée de tous les Béninois pour l’organisation des élections, mais il faudrait qu’il joigne effectivement l’acte à la parole.

Thobias G. Rufino

(Br Ouémé/Plateau)

Un taux de croissance de 5,6% invisible !

Dans son discours sur l’état de la Nation, le chef de l’Etat, Yayi Boni, a annoncé le taux de croissance du Bénin entre 2012-2014. « En 2014, le Bénin a enregistré d’importants progrès. Ces progrès découlent d’abord de la bonne gestion du cadre macroéconomique. En effet, au plan économique et financier, malgré la conjoncture internationale particulièrement difficile, notre pays a connu une croissance soutenue en termes réels de l’ordre de 5,6% en moyenne sur la période 2012-2014. Pour 2014, le taux de croissance est projeté entre 5,7% et 6,5%, largement au-dessus de la moyenne mondiale établie à 3,3% », a-t-il fait savoir. Puis, il poursuit en annonçant que « cette croissance est la plus forte enregistrée au Bénin depuis l’indépendance », selon le Rapport de la Banque mondiale sur la situation économique de notre pays publié en septembre 2014. A partir de ce moment, quelques interrogations peuvent être soulevées. Si le taux de croissance du Bénin est effectivement le meilleur depuis l’indépendance, pourquoi le Bénin est-il encore à la peine sur le plan économique ? Pourquoi les Béninois ne le ressentent pas ? Pourquoi les Béninois ne vivent-ils pas bien ? Pourquoi le panier de la ménagère est-il toujours hors de portée de la population ? En réalité, le panier de la ménagère trahit simplement le taux de croissance de 5,6%. L’annonce du chef de l’Etat ressemble à une incantation politique comme il est de coutume sous le régime actuel. En annonçant une croissance record depuis l’indépendance, Yayi Boni veut montrer qu’il a réussi des performances inégalées devant Mathieu Kérékou et Nicéphore Dieudonné Soglo. Mais, à quoi sert un taux de croissance si le Béninois a encore du mal à assurer les trois repas quotidiens ? Ce chiffre lui servira à quoi ? Il s’en fout ! Le taux de croissance peut être de 10%, pourvu qu’il parvienne à subvenir à ses besoins vitaux et à prendre soin de sa famille. Tant que le Béninois ne vit pas bien, le chef de l’Etat perd son énergie à défendre un bilan économique Il ferait mieux de mettre les opérateurs économiques en confiance au lieu de les pourchasser à travers des redressements économiques fantaisistes et des manœuvres sordides pour les empêcher de réussir dans leurs affaires. Ce faisant, ils auront peut-être envie de réinvestir après avoir été contraints à mettre la clé sous le paillasson.

Epiphane Axel Bognanho