Spread the love

On vous l’avait bien dit, ça se passe comme au cinéma, un bon chef de gang, un vrai parrain de la mafia ne laisse pas tomber ses vrais lieutenants dans les mains des ennemis qui peuvent les faire parler, les torturer pour remonter à lui, ou mettre en péril son organisation. Ah ! Je vous vois venir, bande d’irrévérencieux qui dites et pensez que YAYI est bon chef qui a tout fait pour planquer à Porto-Novo à l’Assemblée Nationale, solidement immunisés, son BAKO-SONAPRA, son BAKO- LEPI, son DOSSOU-véhicule – évaporé -d’ADJOHOUN, son DJENONTIN -les -coups- de poignards portés – à- la Justice, BAGOUDOU-Adams- Coffre-fort, son KASSA des HOLLANDAIS de Matéri et quelques autres exécutants des basses œuvres du yayisme …

En tout cas, si on reste dans votre scenario de cinéma, le chef YAYI pourrait être amené à, lui-même, exécuter certains de ses lieutenants importants qu’il n’a pas pu mettre à l’ abri, afin qu’ils ne tombent pas dans les mains de l’ennemi !

Votre imagination dépasse sans conteste mes élucubrations d’alcolo sur ce coup-ci ! Certainement que le film prendra fin avec la mort du chef bandit ! Oui, bien sûr qu’il s’ agira de mort virtuelle , pas d’hémoglobine ou de jus de tomate ou bien du sang de mouton ou encre rouge, pour coller au registre du yayisme tabassant …

Et comme au cinéma, vers la fin du film, dont vous avez déjà écrit des versions plus soft, avec la mort des chefs SOGLO en 1996 et KEREKOU en 2006, vous êtes tout émoustillés, au fur et à mesure que l’étau se resserre autour du méchant chef de gang. Bientôt l’acteur principal, le héros du film, va découvrir sa cache. Et puisque vous aimez les sensations, et que c’est vous les scénaristes, j’imagine que c’est à une fin à la western que nous assisterons …

D’ailleurs, il ne saurait en être autrement. Le chef YAYI aime trop les rodéos, les cavalcades, la poussière (des marches) et pour une poignée de dollars, ou plus précisément pour une poignée de pouvoir, il dégaine et tire ! Et quand il se retrouvera en face à face à l’ultime minute de la fin du film, avec l’acteur principal, celui-ci lui lancera certainement  » fais ta dernière prière ! » Bon c’est vrai qu’on lui en a beaucoup fait ces dix dernières années. Mais, cela ne lui suffira pas pour dégainer et tirer le premier. Non, ce sera comme dans tout bon western, le héros, l’acteur principal, qui fera le premier pan! pan! pan ! Le chef bandit, comme on l’appelle, dans votre cinéma, va s’écrouler sur fond d’une musique de suspense insoutenable …

Bon maintenant, c’est qui ce fameux acteur principal, héros du film, champion du colt, justicier, ou preux chevalier vengeur ? Hahahahahhhahaha ! C’est là que scénaristes kpayo que vous êtes, vous ne vous êtes pas encore entendus !

Je vous vois, dans mes rares moments de sobriété, vous disputer bruyamment. Alors, votre vieil Oncle vous montre son …talon !  

Je vous l’avais bien dit, il n’y a pas que les femmes qui soient toutes BEHHH pour YAYI, vous êtes parfois tous de vrais MEUHHH !

 Ne pleurez pas les enfants …A la prochaine !

 Votre Oncle AGBAYA