Spread the love

 En perte de vitesse et acculé par les nombreux dossiers de scandale qui émaillent sa gestion, le roi préfère ressortir des délits qui n’existent nulle part dans le droit positif béninois. Dans le dossier Ppea 2, il a clairement accusé les ressortissants du Couffo dans un communiqué du Conseil des ministres abject lu par le célébrissime secrétaire général du gouvernement, Alassani Tigri ! Lui, du haut de son expérience, n’a pu empêcher le roi enragé de montrer à la face du monde ses élans régionalistes ! Le communiqué dit exactement ceci : « … Il ressort de ce rapport, des dysfonctionnements graves de l’Administration et une implication directe et active de certains fonctionnaires caractérisée par un système de fractionnement des marchés et des violations graves et répétées des règles d’exécution des dépenses publiques. Un vaste réseau de fraudes qui a permis de détourner des fonds de la Direction générale de l’Eau, notamment du Ppea 2 de l’ordre de plusieurs milliards de francs Cfa au préjudice du Trésor public et du bailleur en un temps record dont 2,6 milliards de Francs Cfa dans le cadre du Ppea 2 et 5 milliards au niveau de plusieurs ministères, le tout de l’ordre de 8 milliards, exclusivement par les sieurs, Rémi Codo du Couffo et Rock Sarè Niéri, beau-frère de Olivier Boko… ». L’extrait ne pouvait pas être aussi clair… Le roi voulait montrer aux Béninois que le Couffo est le département d’origine des voyous, des assassins, des fossoyeurs du pays… Il voulait seulement mettre en exergue le Couffo ! Sinon, comment comprendre que ce Conseil des ministres n’a pas précisé les départements d’origine des autres cadres cités dans le dossier ? Yayi n’a-t-il pas voulu se faire couvrir de honte d’autant que la majorité des cadres sont originaires du septentrion ? Et puis, quel est le délit que le roi a inventé pour, tout le temps, indexer les ressortissants du Couffo ? Quelle paix veut-il pour le pays en présentant ses compatriotes comme les premiers gangsters de la République ? En vérité, il n’y a pas de département réputé dans le détournement des deniers publics !!! Le roi autoproclamé des Fcbe veut-il inciter à la partition du pays qu’il dirige depuis 2006 ? Veut-il rendre le pays ingouvernable à son successeur en 2016 ? Dans la tête du dieu des Cauris, après lui, c’est le déluge ! Il s’y emploie méthodiquement depuis plusieurs mois…

Dans le dossier de l’assassinat de Pierre Urbain Dangnivo, la traque contre le présumé assassin, Codjo Alofa, évadé de prison, avait déjà été l’occasion pour le roi et son gouvernement de préciser, dans un avis de recherche diffusé abondamment sur la Télévision nationale, qu’il est originaire du Couffo. Décidément, Yayi doit avoir un problème avec le Couffo ! Sa propension à stigmatiser ce département dans des communiqués officiels devient préoccupante. Appartenir au département du Couffo est-il un délit sous l’actuel régime ?

Le communiqué du Conseil des ministres dans le dossier Ppea 2 a relevé une autre subtilité qui saute à l’œil. Le deuxième opérateur économique cité par le rapport Kroll, Rock Sarè Niéri, est présenté comme étant le beau-frère de Olivier Boko. Cette précision valait-elle la peine ? Veut-on encore voir Patrice Talon à travers ce scandale ? En évoquant le sujet dans ses pérégrinations à travers le pays, Yayi a semblé l’affirmer : « … Un autre Niéri. Je n’arrive pas à prononcer le nom. Je crois, de l’Atacora, qui est beau-frère de Boko Olivier. Est-ce qu’on va vous présenter encore Boko Olivier ? Vous connaissez la clique, le réseau… ». Voilà comment le roi gère les dossiers. Rock Sarè Niéri est victime d’un délit de parenté. Il attire l’ire de Yayi qui ne veut pas entendre parler de Patrice Talon et Olivier Boko. Depuis la fin de l’idylle avec le magnat du coton béninois, les parentés, proches et amis de ce dernier sont épiés et persécutés par un Pouvoir revanchard et irrespectueux des droits de l’homme. Porter le patronyme Talon est un problème. Le roi n’entend pas Talon, il dégaine… Mais ce qu’il oublie, à force d’établir des liens de parenté ou de proximité partout, il finira par découvrir que l’homme à abattre est proche de ses parents directs. Les deux opérateurs économiques cités par le communiqué du Conseil des ministres ne sont-ils pas proches de lui ? L’entourage de Yayi ne fera pas de mystère dans ce scandale ! Le ver est dans le fruit…

 Epiphane Axel Bognanho