Spread the love
Lionel-zinsou-au-parlement
Déjà un premier gros gâchis sous le premier ministre

L’hélicoptère a crashé et est irrécupérable. Lionel Zinsou et tous ceux qui étaient à bord de l’appareil s’en sont sortis sains et saufs. C’est heureux. Mais à côté, cela laisse une facture amère. La perte que le crash de cet hélicoptère constitue pour l’Etat béninois n’est pas négligeable.  Ce qui aurait pu être évitée. Les raisons.

Lionel Zinsou aurait pu accepter voyager par voie terrestre et partager avec les Béninois qu’il prétend diriger leurs difficultés quotidiennes et cet incident malheureux ne serait peut-être pas arrivé. Pascal Koupaki a été Premier Ministre sous Yayi avant lui. Mais il ne se déplaçait pas en hélicoptère à l’intérieur du pays. En tout cas, cet appareil acquis avec les pauvres milliards de FCfa du Bénin n’aurait pas fini son vol de si tôt. Tout d’abord, il est important de faire un rectificatif. L’hélicoptère endommagé n’est pas destiné aux déplacements du président de la République. Peut-être que beaucoup l’ont oublié. Mais les archives sont là pour rafraichir la mémoire à tout le monde. «… Le Ministre de l’Energie, des Recherches Pétrolières et Minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables a rendu compte au Conseil des Ministres de la mission de réception technique de l’hélicoptère acquis dans le cadre des opérations pétrolières à Milan en Italie. En approuvant cette communication, le Conseil des ministres a instruit

CRASH1
En dehors de la clôture du stade effondrée….

:

• le ministre de l’Energie, des recherches pétrolières et minières, de l’eau et du développement des énergies renouvelables, le Ministre de la Défense Nationale, le ministre des Travaux publics et des transports et le ministre de l’Economie et des finances à prendre toutes les dispositions utiles pour faciliter le convoyage sans délai de l’hélicoptère au Bénin ;
• le Ministre de la Défense nationale pour mettre à la disposition du Ministère de l’énergie des recherches pétrolières et minières, de l’Eau et du Développement des Energies Renouvelables un espace de terrain d’une superficie de un (1) hectare au profit de la Société Béninoise des Hydrocarbures pour la construction du hangar devant abriter ledit hélicoptère », extrait du relevé du conseil des ministres du 12 février 2014. Quelques mois plus tard, c’est-à-dire en juillet 2014,  le Conseil des ministres a par ailleurs autorisé : « la négociation de contrat avec la compagnie pétrolière Oilserv Limited, l’acquisition d’un second hélicoptère aux fins des opérations pétrolières et minières au Bénin, la création au sein de la Société béninoise des hydrocarbures (Sobeh) d’un département logistique et transport aérien dans le cadre des opérations pétrolières, les diligences en vue de la mise en exploitation de l’hélicoptère acquis dans le cadre des opérations pétrolières, le recrutement d’un pilote et d’un mécanicien pour opérer l’hélicoptère acquis dans le cadre des opérations

CRASH2
les hélices de l’hélicoptère ainsi que les autres organes…

pétrolières… ». Extrait du relevé du conseil des ministres des 15 et 17 juillet 2014. Pour être plus clair, l’hélicoptère est acquis dans le cadre des recherches pétrolières et appartient à la Société béninoise des hydrocarbures (Sobeh), une société d’Etat, sous la tutelle du ministère de l’énergie.

L’acquisition de cet appareil a été décidée pour réduire le coût trop élevé qu’engendre la location de l’hélicoptère nigérian pour des opérations de recherche en haute mer. Depuis 2014, cet hélicoptère immatriculé Ty-Abc vole presque tous les jours, pas pour le compte de la Sobeh ; mais plutôt pour les déplacements incessants du chef l’Etat à l’intérieur du pays. Nos sources indiquent que son entretien est très coûteux à la Sobeh.
Le second hélicoptère, entre-temps commandé, est arrivé au Bénin en octobre 2015. La confirmation en avait été donnée par l’agence Bénin presse : « Le Gouvernement béninois vient de doter la flotte présidentielle d’un nouvel appareil volant. Il s’agit d’un hélicoptère de marque Agusta Westland. Objectif, renforcer l’hélicoptère acquis dans le cadre des opérations pétrolières …. Selon des confidences, ce nouvel appareil était estimé à 12 millions d’euros, soit près de 8 milliards de francs Cfa. », Abp.
 L’utilité réelle des appareils
 Selon les informations recueillies auprès des structures compétentes, l’acquisition des hélicoptères a pour but de faciliter la tâche aux firmes pétrolières qui interviennent sur les différents blocs suspects au Bénin. Les équipes de recherche ont besoin d’être renouvelées par quinzaine et leur déplacement se fait par hélicoptère. Les sociétés en place sont obligées de recourir au Nigeria pour la location d’appareil à coût de milliards sur une période donnée. La Sobeh, sur autorisation du Gouvernement, a converti un bonus d’environ neuf milliards de FCfa  obtenus sur le contrat avec l’une des firmes (Hunt Oil, une société américaine) pour s’acheter un appareil à louer (afin de  rentabiliser). Malheureusement, c’est Yayi Boni qui l’utilise pour ses déplacements. Et comme si cela ne suffisait pas, il le laisse à son Premier Ministre, désigné candidat de la majorité présidentielle pour l’élection du 28 Février

CRASH4
de l’appareil ont été totalement détruits

2015.

 Gros mensonge   
 Sur les écrans de la télévision nationale hier, il a été diffusé un communiqué relatif à l’incident survenu à Djougou. Un communiqué qui disait que c’est pour la première fois que le Lionel Zinsou voyageait à bord de l’hélicoptère présidentiel (encore qu’il n’y en a même pas). Le 27 Novembre 2015, Lionel Zinsou, au lendemain de l’annonce de sa candidature par des proches du pouvoir, s’était rendu dans le septentrion. Il était accompagné, pour la circonstance, du député Barthélémy Kassa, ancien Ministre de l’énergie, contraint à la démission par le chef de l’Etat pour avoir été cité dans une affaire de mauvaise gestion de plusieurs milliards de FCfa en Mai 2015. Le Premier Ministre de Yayi Boni ne s’était pas rendu dans le département de l’Atacora par voie terrestre. Il y était pour voir le niveau de préparatifs des obsèques de feu Général Kérékou, ancien chef d’Etat. Lionel Zinsou s’est bel et bien rendu au nord à bord d’un hélicoptère. Et au Bénin, les hélicoptères n’appartiennent pas à des privés. De quoi veut-on parler dans le communiqué de l’Ortb ?
F.F