Spread the love
eric-houndete1
Eric Houndété vise encore plus loin

Eric Houndété en pleine ascension

Il est un citoyen béninois né le 7 septembre 1963 de parents tous deus deux enseignants. Très tôt, il a été soumis à une éducation fondée sur des valeurs telles que le travail, le respect et la foi chrétienne.

Ayant pris ses marques dès 1981 au sein des Clubs et comités de réflexions et d’actions politiques d’une part, des coopératives scolaires d’autre part, il fonde avec ses camarades en 1988 le Mouvement pour une Alternative du Peuple (Map). Elu pour la première fois député en 2003, il est régulièrement réélu pour la quatrième fois. Avant son expérience parlementaire, il fut conseiller technique à la promotion des initiatives privées au ministère du Plan de 2002 à 2003. Il a travaillé au sein des commissions des finances et des échanges d’une part, de loi, de l’administration et des droits de l’homme d’autre part. Reconnu pour sa forte capacité managériale, il est choisi par ses pairs pour piloter le comité de mise en œuvre des relations de l’Assemblée nationale du Bénin avec l’Association des parlements européens en faveur de l’Afrique et l’Institut néerlandais de dialogue inter partie. Passionné des arts, c’est un homme à part entière que se révèle Eric Houndété. Bien connu de la presse nationale et des professionnels des médias pour son sens poussé de la discussion, il est un acteur influent du débat politique au Bénin. Ce qui lui confère une très bonne accessibilité dans les autres partis politiques. Il reste très engagé dans les luttes pour la bonne gouvernance et la promotion de la société civile au Bénin. De ce fait, il s’implique depuis plus d’une décennie dans les problématiques de développement, de lutte contre la pauvreté par une participation active au débat budgétaire. Il en reste l’un des spécialistes les plus avertis. Il formule assidument des questions orales et écrites au gouvernement dans le cadre du contrôle parlementaire de l’action gouvernementale. Il opine, argumente et fait des propositions. Car, pour lui, si les finances publiques doivent être assainies et si les réformes doivent être engagées, cela passe par la préservation des équilibres sociaux.

Plus de trois décennies de militantisme et d’actions en faveur du développement, il est membre de l’Union fait la Nation, principal parti d’opposition dont il a présidé le groupe parlementaire à l’Assemblée Nationale de 2013 à 2015. Ancien dirigeant d’entreprise, le député Eric Houndété est un aussi homme de dialogue maîtrisant les enjeux de la diplomatie et des relations internationales, notamment les questions de maintien de la paix, du dialogue interreligieux et de la lutte contre le terrorisme international. Elu député pour le compte de cette 7ème législature, il est devenu le premier vice-président de l’Assemblée nationale.

 Valentin Houdé : « Nous allons travailler dans la continuité »

Le Pdt de l'And en branle sa machine pour conquérir le pouvoir
Au bout de l(ancienne corde se tissera la nouvelle

« A la suite du scrutin législatif de 2015, j’ai été élu député dans la 6ème circonscription électorale. La 6ème circonscription regroupe les Communes d’Abomey-Calavi, Sô-Ava et Zê. A la suite de cette élection, et dès l’installation de la 7ème législature, j’ai été élu comme 1er questeur. Etre membre du bureau du Parlement, ce n’est pas fortuit. Je me réjouis donc de cette élection. La tâche sera collégiale. Il faut aussi tirer un chapeau à tous ceux qui ont travaillé avec le Professeur Mathurin Nago au cours de la 6ème législature. Nous allons travailler dans la continuité. Il faut améliorer l’image de notre Parlement, redorer ses blasons et en faire une institution respectable. L’image de notre Parlement a été ternie lors de la 5ème législature. Mais, la 6ème s’est efforcée de faire un travail de qualité. Il faudrait continuer dans ce sens. Pour ce qui me concerne, en tant que   questeur, je me dois d’améliorer le fonctionnement de la questure. En tant que comptable, je m’efforcerai d’impulser un certain nombre de comportements que nous devons adopter. D’habitude, j’ai les relations faciles avec les uns et les autres. Pour preuve, j’ai été élu avec 47 voix. Mes relations avec le président du Parlement sont au beau fixe. Nous sommes membres d’une même équipe. Nous allons donc travailler avec les autres députés, main dans la main, pour le bonheur du Parlement, et celui du peuple béninois. Tout se passera bien ».

 

Le Général Gbian Honoré à Paris
Le Général Gbian Honoré à Paris

 Robert Gbian : « …Je le soutiendrai du mieux que je pourrai… »

Le Matinal : Quelle sera votre contribution personnelle?

 Gbian Robert : Comme vous le savez, notre pays reste confronté à des problèmes socio-économiques auxquels il convient d’apporter des solutions appropriées. Ce sont, par exemple, les problèmes liés à l’extrême pauvreté, au chômage des jeunes et à la compétitivité des secteurs économiques. De même, des actions hardies doivent être menées pour mettre fin à la division entre les fils de notre pays parce que les problèmes de régionalisme constituent une menace à la sécurité et à l’unité nationale, gage de notre développement. Je prends donc la pleine mesure de ces défis auxquels notre Nation est confrontée et compte me montrer digne de la confiance dont mes concitoyens m’ont investi. C’est pourquoi je me battrai aux côtés des autres forces présentes à l’Assemblée nationale, dans la concorde et la paix, pour proposer des lois visant à :

– améliorer la gouvernance locale en accordant plus d’autonomie de gestion aux Communes ;

– améliorer les conditions de vie de nos braves populations,

– moraliser davantage la vie publique,

– lutter contre toutes formes d’exclusion et de discrimination, et

– renforcer la gouvernance administrative et politique dans notre pays.

 2- Que pensez-vous du président Houngbédji ?

 C’est pour la troisième fois que le Président Adrien Houngbédji dirige l’Assemblée nationale du Bénin. Je profite de l’occasion qui m’est offerte pour dire une fois encore toutes mes félicitations à l’ensemble de la classe politique nationale pour l’élection à la tête de la deuxième institution de l’Etat, d’un homme de cette trempe, démocrate averti et grand conciliateur. Il est un habitué de ce poste et a l’expérience et les compétences nécessaires pour créer une véritable synergie entre les différentes forces politiques en présence. Je suis persuadé qu’il impulsera une nouvelle dynamique au Parlement. Pour ma part, je le soutiendrai du mieux que je pourrai dans cette fonction afin que notre Assemblée nationale gagne en efficacité dans son rôle de « légiférer » et de « contrôler » l’action du gouvernement.

 Flash back sur Robert Gbian

 Gbian Robert est né le 27 novembre 1952 au Bénin et, précisément, à Ina, dans le département du Borgou. Le Général Gbian Robert a été candidat aux élections législatives d’avril 2015 sur la liste de l’Alliance Soleil dans la septième circonscription électorale. A l’issue du scrutin, il a été élu député de la septième législature. Ses pairs l’ont ensuite élu au poste de deuxième Vice-président de l’Assemblée nationale, fonction qu’il exerce depuis l’installation du bureau le 19 mai dernier.

 Sofiatou Schanou : « Je souhaite qu’elle soit une législature de la réconciliation »

« Nous avons eu la chance de vivre déjà deux législatures. Nous voici à la troisième législature. Alors, par rapport à cette 7ème législature, je souhaite qu’elle soit une législature de la réconciliation, de la paix et du mieux-être des Béninois. S’agissant du président Houngbédji, je souhaite qu’il puisse satisfaire les attentes de tous, et savoir qu’il est le président des 82 députés et non celui d’un camp ».

 « Alexis Comlan Agbélessessi : « Je crois qu’il sera un président de tous les députés béninois »

« Je veux bien siéger à l’hémicycle pour, en tant que juriste, apporter mon éclairage par rapport aux textes. Ensuite, je veux aussi marquer mon passage à l’Assemblée nationale par la défense d’un certain nombre de droits et de principes. Car, la première des choses, c’est l’égalité entre tous les citoyens pour éviter les discriminations de race, de religion ou de structure. Par exemple, je ne peux pas permettre qu’il y ait quelque chose à se partager entre députés et qu’on mette les femmes de côté pour privilégier les hommes. Ce sont de petites choses qui, parfois, lorsqu’elles ne sont pas bien prises en compte, dégénèrent par des confits parfois sanglants. On ne le souhaite pas pour notre pays. Je crois que je m’évertuerai, en tant que juriste, à appeler l’attention des uns et des autres à cette situation afin que les principes contenus dans notre devise à savoir Fraternité, justice et travail soient vraiment respectés.

 Qu’attendez-vous concrètement de ce dernier durant cette 7ème législature ?

 Le Président Adrien Houngbédji, à qui je voue de respect et admiration parce que c’est mon aîné. Dans le droit, il a d’abord été Magistrat avant de devenir Avocat. J’attends de lui de donner l’exemple de l’homme de droit qu’il est, à savoir que les textes reflètent la qualité de la personnalité de l’homme qu’il est, de sorte qu’à la tête de l’Assemblée nationale du Bénin, l’on puisse sentir qu’il y a un personnage très bien éclairé, très bien équilibré qui donne satisfaction aux uns et aux autres. Il est vrai que nous sommes venus de divers groupes politiques. Nous avons donné notre appui pour l’élection du président Adrien Houngbédji. J’attends qu’il fasse un parcours irréprochable. Qu’il ne prenne pas partie pour les seins. Je veux dire ceux qui sont dans son alliance politique au détriment de ceux qui ne le sont pas. Aujourd’hui, il n’est plus le président d’un groupe ou d’une alliance de groupes donnés. Il est devenu le président de l’Assemblée nationale, c’est-à-dire le président de tous les Béninois, quelque soit leurs obédiences politiques. J’attends de lui qu’il accorde le même traitement à tous les députés pour qu’on n’ait pas l’impression qu’à ce lieu des débats politiques se mènent un jeu d’injustice et de partisan. Je crois qu’il sera un président de tous les députés béninois.